Chapelle des Augustins

Kimsooja, To breathe \ Bottari \ A Needle Woman-Kitakyushu

Kimsooja, To Breathe, installation, 2019
Kimsooja, Bottari, installation, 2017. Courtesy : Galerie Kewinig, Berlin, et Kimsooja Studio
Kimsooja, A Needle Woman-Kitakyushu, vidéo, 1999. Courtesy : Musée de Lausanne, et Kimsooja Studio

Née en 1957 à Daegu (Corée du Sud), Kimsooja vit et travaille à New-York (Etats-Unis) et à Séoul (Corée du Sud).

 

Kimsooja habille les fenêtres du cloître de la Chapelle des Augustins d’un film qui diffracte la lumière du soleil et inonde l’espace intérieur d’arcs-en-ciel. Le mouvement du soleil transforme l’intensité des variations lumineuses au fur et à mesure de la journée, permettant aux visiteurs de vivre une expérience évolutive, en découvrant le jardin méconnu de ce cloître.

Dans la chapelle, Kimsooja réintroduit le motif du bottari, disposé au pied du gisant. Cette pièce confectionnée par assemblage de textiles cousus entre eux, a un usage quotidien en Corée. Il est utilisé à la manière d’un baluchon pour envelopper et transporter des effets personnels lors d’un voyage ou d’un déménagement. Kimsooja utilise le bottari pour ses valeurs symboliques et tisse une réflexion sur le voyage, le déracinement, la mémoire et la construction de soi. 

Dans la vidéo A Needle Woman-Kitayushu, Kimsooja est allongée de profil sur un rocher, et ne fait qu’un avec les courbes de la pierre. Seuls se meuvent, presque imperceptiblement, les nuages sous la brise. Telle une “femme aiguille” à l’horizontal en équilibre constant, l’artiste s’apparente à un crucifix. Son corps est placé au centre des quatre éléments, entre le ciel et la terre, la nature et l’homme. 

Localiser